YES Project “Youth workers – the engine of social change in marginalized communities”

Nous étions 3 volontaires à nous engager dans cette aventure.yespro

À l’aller, nous sommes partis de Marseille, nous avons fait escale à Frankfurt (Munich au retour) puis nous sommes arrivés à Sofia où nous avons pris le taxi pour nous rendre à l’hôtel ATM situé dans la périphérie de la ville de Sofia (à environ 20 minutes en métro du centre-ville). Ce voyage nous a bien pris une journée entière, nous étions bien fatigués le jour de notre arrivée.

yespro2Nous étions à Sofia pour un Training course ayant pour but d’échanger des idées et des bonnes pratiques sur les possibilités d’actions, de création de projets et de programmes pour l’inclusion des jeunes issus de minorités exclues et socialement défavorisés. Chacun des 12 pays participants (Bulgarie, France, Arménie, Géorgie, Grèce, Italie, Lituanie, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Espagne et Turquie) avaient envoyé 3 travailleurs sociaux ou volontaires. Les « energizers » utilisés au début du training course par la coordinatrice Svetlana comme le jeu des oranges et des œufs ou le jeu des prénoms ont permis aux participants de briser la glace facilement les uns avec les autres. La coordinatrice était très sympa, enthousiaste et organisée et elle n’a pas hésité à nous accorder du temps pour organiser des visites de la ville de Sofia ou de nous dédier sa soirée en réservant plusieurs tables dans un restaurant traditionnel de Sofia. Nous avons dégusté de succulents repas comme le « mish mash » ou le Egg plant à la sauce tomate et au fromage par exemple. Le repas étant accompagné de danses locales traditionnelles et de musique d’ambiance locale.

yespro3

Nous avons pu faire connaissance avec les autres de manière simple et ludique. Certains jeunes du projet été plus sociables que d’autres, il nous arrivait parfois de boire un
coup tous ensemble à la fin de la journée pour décompresser et apprendre à mieux nous connaître.  L’ambiance qui régnait au sein du groupe été très conviviale et amicale. Des liens très forts ont pu se tisser entre les jeunes et les moins jeunes issus de tous les divers pays européens.

Pendant 9 jours, nous avons travaillé sur différents sujets avec plusieurs intervenants : une coach, un professionnel du management mais également un professeur d’université sont venus parler et échanger avec nous. Mais le plus intéressant était de participer aux différents ateliers : travailler en groupes sur des problématiques liées à l’exclusion sociale de certains groupe de personnes et essayer de trouver ensemble des solutions créatives et nouvelles. Cela nous a permis de connaître les différences culturelles, les principaux problèmes existant dans chacun des pays mais également de partager le savoir et savoir-faire des personnes faisant ce travail depuis des années.

Beaucoup de temps libre nous a été accordé. Cela nous a permis de visiter Sofia, de partager une soirée dans un restaurant traditionnel, de profiter des soirées interculturelles. Nous avons organisé deux grandes soirées interculturelles la première réunissait les spécialités Françaises, Italienne, Espagnoles et Portugaises. Et la seconde réunissait les spécialités des pays suivants : Slovaquie, Géorgie, Arménie, Turquie, Lituanie et Grèce. Des démonstrations de danses issues de quelques pays européens ont été pratiquées lors de ces soirées interculturelles, et les participants été conviés à y participer. Certains groupes ont aussi diffusé de la musique et/ou des vidéoclips sur leurs pays afin de présenter ce dernier. Tout ceci à crée une ambiance dynamique et motivante pour nous encourager à aller les uns vers les autres et à échanger sur nos différentes cultures. Nous avons alors pu goûter des spécialités sucrées, salées et liquides (alcoolisées) de chaque pays également.

yespro4Nous avons aussi pris un bus pendant 1h30 pour aller jusqu’à Plovdiv, 2ème ville de Bulgarie et la plus ancienne ville d’Europe encore peuplée. On peut voir dans la ville des ruines romaines côtoyer les nouveaux bâtiments.  Ces différences d’époque se retrouvent partout dans la ville. La ville de Sofia m’a semblé plutôt moderne, malgré certaines infrastructures plutôt anciennes comme les tramways, quelques voitures ou certains bâtiments et rues.

Le coût de la vie n’était pas très élevé comparé au niveau de vie Français, on pouvait facilement voyager en bus ou en métro et manger à moindre coût par exemple.

Le climat été doux à cette période de l’année, bien plus frais en soirée mais très ensoleillé et chaud la journée. Le temps magnifique que nous avons eu à, je pense, largement contribué à faciliter le fait que l’on apprécie les visites effectuées et le fait que tout le monde était de bon humeur également.  Les paysages que nous pouvions observés étaient vraiment magnifiques, authentiques et variés.

yespro5Finalement, après 9 jours de formation, nous avons appris à collaborer avec des jeunes issus de divers pays européens, nous avons déterminé les compétences utile à développer pour travailler dans un milieu « social », nous avons appris comment aider des jeunes venant de communautés marginalisées et aussi à développer des projets et des initiatives de manière collective. Mais surtout nous avons appris au travers des expériences de chacun et de nos échanges de connaissances. Nous avons progressé en anglais, au niveau de la prononciation des mots et de la compréhension de la langue, car tous les jeunes issus des différents pays européens avaient un accent bien différent les uns des autres. Les cours de training course nous ont aussi permis d’étendre notre niveau de vocabulaire sur des thèmes spécialisés tel que le coaching, le management et la cohésion sociale.

 À la fin, les liens tissés entre les participants étaient très forts. Un groupe Facebook avait été créé depuis le début de l’aventure où chacun pouvait poser ses questions, publier des photos ou des informations concernant le training course. Ce groupe nous permet aujourd’hui de garder le contact, et nous permettra, pourquoi pas, d’organiser un autre événement plus tard dans l’année dans un autre pays européen.

Mon ressenti sur ce training course a été très positif, j’ai rencontré de nombreuses personnes formidables qui avaient des valeurs communes aux miennes. J’ai pu améliorer un peu mon anglais également. Et je me suis rendu compte que malgré la barrière de la langue et le fait que nous habitons loin les uns des autres, nous aspirons tout de même tous à des besoins et des envies communes. Nous sommes tous si différents mais à la fois si proche les uns des autres. Nous nous ressemblons tous, nous sommes Européens.

Et pour finir, n’hésitez pas à aller en Bulgarie, les habitants vous aiderons yespro6même s’ils ne connaissent pas tous l’anglais, vous serez très bien accueillis. Les jeunes Bulgares en particuliers connaissent plutôt bien l’anglais, les
Bulgares plus âgés parlent un peu moins bien l’anglais par contre mais ils seront quand même ravis de vous aider à retrouver votre chemin.

Amandine, Margaux & Steven